2015

Le SAV TOYOTA France ne reconnait pas les conclusions d'un expert automobile indépendant.

Boîte MMT cassée sur une Toyota Corolla Verso, que s'est-il passé ?

 

Garé, je repars en avant... puis marche arrière, et là, la première ne se verrouille plus. Aucun choc, aucun bruit particulier, juste ce que vous voyez sur la vidéo. S'en suit un remorquage chez Toyota, la voiture est hors garantie mais toujours entretenue dans le réseau Toyota est donc mise sur le pont élévateur à deux reprises. 

Constats émis par Toyota et (expertise) mon expert automobile indépendant :

  • La lecture des codes défauts est réalisée, deux codes défauts sont mémorisés dans le calculateur :

P0919, capteur de position des vitesses
P0500, capteur de vitesse

  • Actionneur/Actuateur avec 3 dents de cassées.
  • Rupture du support de boite ainsi que partiellement l’arrachement du carter de boite.
  • L’examen du plan de soubassement, du berceau moteur, du carter moteur, du carter (différentiel) de boite de vitesses, des carénages,   ne montre aucun choc. Carter moteur inférieur, sans aucune griffure, absence d’enfoncement. 

Carénages inférieurs sans trace de frottement ou de détérioration.


Mr P....n responsable du SAV Toyota France a invoqué une force mystérieuse (?) :
"mais une telle casse pourrait provenir d'une contrainte appliquée directement sur l'élément boite de vitesse suite à un contact sans choc avec un élément extérieur, celui-ci aurait poussé la boite de vitesse jusqu'à la rupture." 





Conclusions de mon expert, non dénoncées en cause par le garage Toyota ainsi que le responsable du SAV de Toyota France (Mr P....n) :

En fonction des pièces que nous possédons, des constats réalisés, de l’historique dressé, l’origine de l’avarie ne peut provenir d’un choc en partie inférieure. Suivant les caractéristiques de la rupture des fixations et en particulier du bris du carter de boite, en relation avec la position des différents éléments mécanique et du support de boite, un choc de l’avant vers l’arrière ne pourrait produire ces effets. 

Éventuellement un choc sérieux de l’arrière vers l’avant aurait pu engendrer ce type de bris, or il n’existe aucune trace de choc, contact sur les carters moteur et boite de vitesses, les carénages en plastique ne sont pas arrachés ou endommagés. Les pièces les plus basses dans leur position ne recèlent aucune trace de choc, ni même de frottement.

Liminairement, il n’existe que peu de projection d’huile de boite sur les éléments limitrophes, absence de projection sur le plan de soubassement et sur la ligne d’échappement. L’huile s’est échappée (le carter de boite a été retrouvé sans huile) progressivement. 

Dès lors l’origine de ce bris peut provenir de la rupture d’un bossage de carter recevant une des vis de fixation (défaut de moulage, serrage), le support n’étant plus maintenu que par une seule vis, cette dernière n’a pu supporter les efforts (phénomènes vibratoires, à-coups). 

Ce support fait également office de biellette anti-couple afin de limiter les débattements axiaux du couple moteur-boite, ce qui suppose des efforts au niveau de fixations. Cela peut expliquer les constats antérieurs sur le fait que le 4éme rapport sautait. Il existe vraisemblablement une certaine antériorité sur l’avarie constatée.

Nous rappelons que le véhicule a été confié à 90276Kms (le 22/10/2014) pour un entretien courant, qu’aucune annotation particulière sur un dysfonctionnement, anomalie n’a été relevée. Dans la mesure ou un professionnel ne constate aucune anomalie, il n’est pas possible de reprocher à un utilisateur « lambda » de ne pas avoir cerné une avarie en germe.

Le devis initial avait chiffré la remise en état à 3114.65€ TTC pour le seul remplacement de l’actionneur de sélection des rapports de boite. En fonction des nouveaux constats effectués, il convient de remplacer l’élément boite de vitesses, nous n’avons pas de nouvelle estimation de remise en état, mais vraisemblablement le coût global de la remise en état devrait atteinte les 7000€.


Donc si vous avez eu ce genre de (mauvaise) expérience, quelle en a été la cause et quelle a été la responsabilité du constructeur ?

Merci pour votre témoignage par mail.

 

2016

Toyota Rambouillet au tribunal de proximité...

La procédure lancée l'été 2016 contre... le SAV Toyota France via le concessionnaire du réseau.

Cette concession a toujours été exemplaire sur les révisions de ma voiture, accueil, services, qualité des prestations et prix corrects.

Mais moi, simple particulier,  j'ai acheté ma Toyota dans le réseau, pas chez l'importateur français. Il est donc logique que je passe par mon concessionnaire. D'ailleurs, c'est bien comme ça que l'on procède pour les garanties !

Bref, procédure lancée, l'avocat du groupe Bernier est venu à la barre expliquer pourquoi il fallait attaquer directement l'importateur.

Et notamment pour le fait que je n'étais pas du tout responsable de la situation !!!

J'attends le jugement rendu pour repartir en procédure DIRECTEMENT contre Toyota France ou trouver une procédure amiable,            mais Mr P....n qui avait proposé une prise en charge au début de l'histoire pour l'actuateur, avance l'argument de l'événement extérieur mystérieux..... et ne propose plus rien. Bizarre non ? Reconnaissant une grosse partie des responsabilités puis plus rien...